Qu'est-ce-que le Grand Bargain?

Qu'est-ce-que le Grand Bargain?

Published Date

July 1, 2017

Origine et concept du “Grand Bargain”

En janvier 2015, le Secrétaire Général de l'ONU a annoncé la création du Panel de Haut-Niveau, afin de répondre au déficit croissant du financement humanitaire (qui s'élevait à 45% en 2015). En 2016, le rapport « Trop important pour échouer – remédier au déficit de financement humanitaire » a été publié. Ce rapport a été organisé en trois chapitres et comprenait le concept du « Grand Bargain » :

a) Réduire les besoins : une responsabilité partagée

b) Approfondir et élargir la base de ressources pour l'action humanitaire

c) Améliorer la prestation : un « Grand Bargain » sur l'efficacité

Le « Grand Bargain », lancé lors du Sommet mondial sur l’action humanitaire en mai 2016, est un accord unique entre les plus grands donateurs et agences humanitaires qui se sont engagés à améliorer l'efficience et l'efficacité de l'action humanitaire. Le « Grand Bargain » est basé sur le concept de « quid pro quo » : si les donateurs et agences acceptent chacun des changements, le processus de fourniture de l'aide deviendra plus efficace, et optimisera la gestion des ressources humaines et financières au profit des populations affectées. Par exemple, les donateurs devraient réduire les fonds pré-affectés tandis que les agences humanitaires réduiraient les coûts de gestion. L'objectif est de générer des gains d'efficience, qui serviront à sauver plus de vies, et non à réduire les budgets d'aide.

La structure et l’adhésion au Grand Bargain

Initialement considéré comme un accord entre les cinq plus grands donateurs et les six plus grandes agences des Nations Unies, le Grand Bargain comprend maintenant 61 Signataires (24 États, 11 agences des Nations Unies, 5 organisations intergouvernementales et de la Croix-Rouge et 21 ONG) et représente 80% de toutes les contributions humanitaires allouées en 2017 et 76% de l'aide reçue par les agences.

Le Grand Bargain affiche également une adhésion continue au sein de l'écosystème humanitaire. Par exemple, en 2018 seulement, quatre nouveaux signataires y ont adhéré (une agence des Nations Unies et trois ONG). Le Grand Bargain est aussi un forum unique où les acteurs de différentes circonscriptions peuvent interagir d’égal à égal. Ce forum d’interaction est fondé sur l'intégrité et les normes éthiques les plus élevées.

Comment fonctionne le Grand Bargain ?

Le Grand Bargain comprend 51 engagements classés initialement en 10 axes de travail, par la suite réduits au nombre de neuf, qui sont :

1. Une plus grande transparence

2. Davantage de soutien et de moyens de financement à destination des intervenants locaux et nationaux

3. Accroître l'utilisation et la coordination de programmes basés sur des transferts monétaires

4. Réduire les coûts de duplication et de gestion avec des revues périodiques fonctionnelles

5. Améliorer les évaluations conjointes et impartiales des besoins

6. Une révolution participative : inclure les personnes qui reçoivent de l’aide dans la prise de décisions qui affectent leur vie

7. Accroître la planification et le financement pluriannuels et collaboratifs de l'aide humanitaire

8. Réduire la part des contributions pré-affectées des donateurs

9. Harmoniser et simplifier les exigences en matière de rapports

Le dixième axe de travail ; Renforcer l'engagement entre acteurs humanitaires et du développement, a été fermé en tant que tel, mais a été intégré au sein des neuf autres axes de travail.

Pour atteindre les 51 engagements, les divers acteurs s'engagent sur les points suivants :

Pour les organisations humanitaires et les donateurs, travailler plus étroitement ensemble pour tendre à :

• Plus de transparence financière.

• Plus de soutien et de moyens financiers aux premiers intervenants nationaux.

• Accroître l'utilisation de programmes basés sur des transferts monétaires et une plus grande coordination pour la réalisation de ces derniers.

Pour les organisations humanitaires, s’engager à :

• Réduire les coûts de duplication et de gestion.

• Réaliser des examens périodiques des dépenses fonctionnelles.

• Réaliser des évaluations davantage conjointes et impartiales des besoins.

• Une « révolution participative » : écouter et inclure davantage les bénéficiaires dans les décisions qui les concernent.

Pour les donateurs, s’engager à :

• Davantage de financements humanitaires pluriannuels.

• Moins de fonds pré-affectés à destination des organisations d'aide humanitaire.

• Des exigences plus harmonisées et simplifiées en matière de rapports.

La mise en pratique des engagements : que se passe-t-il actuellement et quelles sont les prochaines étapes :

Il est prévu que la mise en œuvre de la totalité des engagements du Grand Bargain se traduira par une amélioration de l’aide, l'action humanitaire passant d'un modèle axé sur l'offre et dominé par les fournisseurs d'aide, à un modèle axé sur la demande, plus attentif aux populations aidées. Les acteurs humanitaires seront également plus à même de travailler ensemble et avec d'autres, sur la base de la complémentarité et de la valeur ajoutée. Le Grand Bargain se traduira par des gains d'efficience considérables qui pourront être investis dans la fourniture de l’aide.

Depuis la présentation des engagements du Grand Bargain, chaque signataire a commencé à mettre en œuvre des actions pour réaliser les engagements et les Co-organisateurs des axes de travail ont élaboré des plans d'action détaillés. Lorsqu'une action collective ou une coordination étroite est nécessaire, les Co-organisateurs mettent en place des synergies entre les axes de travail.

Les progrès du Grand Bargain sont examinés par des auto-évaluations individuelles et lors du Meeting Annuel (en 2018, il a eu lieu le 18 juin à New York), qui se tient en marge du débat du Conseil économique et social des Nations Unies consacré aux questions humanitaires. Il est déjà possible d'identifier certains succès, tels que :

  • Une méthodologie de suivi et un « tableau de bord » de transparence ont été développés et partagés avec les signataires du Grand Bargain.
  • Les dépenses mondiales en espèces et en bons ont augmenté de 40%, s’élevant à 2,8 milliards de dollars, soit 10,3% de l'aide humanitaire mondiale.
  • La planification et financement pluriannuels deviennent de plus en plus courants. Par exemple, le Canada a augmenté son financement pluriannuel de 15% en 2015 à 50% en 2017.
  • Le Modèle Commun de Rapports des Donateurs est piloté dans trois pays (Somalie, Myanmar et Iraq), et des données qualitatives et rapports provisoires sont actuellement collectés.

Structure et contacts

Le Grand Bargain est promu par une Personne Éminente (« Eminent Person »), Mme Kristalina Georgieva, chargée de promouvoir et de plaider en faveur de l'avancement des engagements du Grand Bargain.

Un Groupe de Facilitation a été créé pour donner un élan continu à l'ensemble du processus du Grand Bargain. La composition de ce groupe reflète les différentes circonscriptions du Grand Bargain.

Chaque axe de travail est co-organisé par un représentant des donateurs et un représentant d’une organisation humanitaire.

Le processus du Grand Bargain est soutenu par un Secrétariat accueilli par le Secrétariat du Comité Permanent Inter-organisations.

Authoring Bodies

Security Level

Public