Note to Correspondents: Joint statement African Union-United Nations

Note to Correspondents: Joint statement African Union-United Nations

Sunday, September 23, 2018

Joint statement
African Union-United Nations
23 September 2018

The Chairperson of the African Union Commission, Moussa Faki Mahamat, and the Secretary-General of the United Nations, António Guterres, met today in New York in the margins of the seventy-third session of the United Nations General Assembly.

They discussed issues central to the strategic partnership between the African Union and the United Nations, in line with the two joint frameworks they signed in 2017 and 2018 on peace, security and development.

They renewed their commitment to work closely together to support an effective multilateral global system and to advance peace, sustainable development and human rights in Africa.

They exchanged views on the ongoing reforms in the African Union and United Nations, aimed at making the Organizations more effective and efficient.

The Secretary-General commended the African Union and its Member States for the highest level of contributions reached by the AU Peace Fund since its creation in 1993. In this regard, both leaders advocated for the urgent need to secure predictable and sustainable financing for African Union-led Peace Support Operations authorized by the Security Council.

The Secretary-General thanked the African Union and its Member States for the wide support to the Action for Peacekeeping Agenda, which calls for collective and strategic-level commitments to address the political and operational challenges facing peacekeeping today.

The two leaders stressed the priority of both Organisations to prevent violent extremism and terrorism and discussed the efforts of both Organisations to further strengthen capabilities to support more effective engagement in the prevention, management and resolution of conflicts, including through specialized mediation support.

They praised the leaders of the Horn of Africa countries for their leadership and commitment to advancing peace and reconciliation in the region, and renewed their offer to support their efforts as needed. They also welcomed the signing of the Revitalized Agreement on the Resolution of the Conflict in South Sudan and called upon all parties to work in good faith and demonstrate their commitment to fully and expeditiously implement it.

They discussed other situations, including in the Central African Republic, the Democratic Republic of the Congo, Libya, Mali and the Sahel. On the situation in the Central African Republic, they welcomed the progress made in the peace process and underlined the need to strengthen it within the framework of the African Initiative for Peace and Reconciliation.

On the Democratic Republic of the Congo, they took note of progress made by the Congolese Government in preparations for the holding of presidential and legislative elections on 23 December 2018.  Given the importance of the stability of the Region as a whole, the two Organisations reaffirmed their commitment to support free and fair and inclusive, peaceful and credible elections towards the end of 2018.

On Libya, they extensively discussed the worrying prevailing situation on the ground. They agreed to work in close cooperation with the Libyan actors on the principle of the organization of a peace and reconciliation conference as a prelude to the conduct of peaceful and transparent legislative and presidential elections.

On Mali and the Sahel, they discussed the growing insecurity in the region and agreed on the need to ensure complementarity of efforts by the two Organizations. They welcomed the efforts of the UN System in better addressing the humanitarian-development-peace nexus through the recalibration of the UN Integrated Strategy for the Sahel, the international framework guiding the international response, as well as the UN Support Plan aimed at boosting its implementation and fostering greater impact. They encouraged further cooperation and alignment between the AU and the UN strategies in the Sahel.

The two leaders highlighted the importance of implementing the two pivotal intergovernmental agreements, the 2030 Agenda for Sustainable Development and Agenda 2063: The Africa We Want. In this context, they stressed the importance of empowering women and youth as agents of change and custodians of peace in Africa, and encouraged more integrated approaches, encompassing security, humanitarian assistance, climate action, human rights, and sustainable development to address the root causes of conflict. They noted that the joint AU-UN visit to Chad, Niger and South Sudan had enabled the advancement of the Women, Peace and Security agenda. They also exchanged views on the preparations for the Climate Summit to be held in New York in 2019.

***

Déclaration conjointe
Union africaine - Nations Unies
23 septembre 2018

Le Président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, et le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, se sont rencontrés aujourd'hui à New York en marge de la soixante-treizième session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Ils ont discuté de questions essentielles relatives au partenariat stratégique entre l’Union africaine et les Nations unies, conformément aux deux cadres conjoints qu’ils ont signés en 2017 et 2018 sur la paix, la sécurité et le développement.

Ils ont renouvelé leur engagement à collaborer étroitement pour soutenir un système mondial multilatéral efficace et faire progresser la paix, le développement durable et les droits de l'homme en Afrique.

Ils ont échangé sur les réformes en cours au sein de l’Union africaine et des Nations unies, visant à rendre les organisations plus efficaces et performantes.

Le Secrétaire général a félicité l'Union africaine et ses États membres pour les contributions les plus élevées au Fonds pour la paix de l'UA depuis sa création en 1993. À cet égard, les deux dirigeants ont plaidé pour l’urgence d’un financement prévisible et durable pour les opérations de soutien à la paix, dirigées par l'Union africaine, autorisées par le Conseil de sécurité.

Le Secrétaire général a remercié l’Union africaine et ses États Membres pour leur soutien élargi à l’Action pour le Programme de maintien de la paix, qui appelle des engagements collectifs et stratégiques pour relever les défis politiques et opérationnels auxquels les opérations de maintien de la paix sont confrontées aujourd’hui.

Les deux dirigeants ont souligné la priorité des deux organisations de prévenir l’extrémisme violent et le terrorisme.  Ils ont également discuté des efforts des deux organisations visant à renforcer leurs capacités pour un engagement soutenu et plus efficace soutenir dans la prévention, la gestion et le règlement des conflits, y compris à travers les mécanismes de médiation spécialisée.

Ils ont félicité les dirigeants des pays de la Corne de l’Afrique pour leur leadership et leur engagement à faire avancer la paix et la réconciliation dans la région.  A ce propos ils  ont renouvelé leur offre de soutien à leurs efforts en cas de besoin. Ils ont également salué la signature de l'Accord revitalisé sur le règlement du conflit au Soudan du Sud et ont appelé toutes les parties à travailler de bonne foi et à démontrer leur engagement à le mettre en œuvre pleinement et rapidement.

Ils ont passé en revue d'autres situations de crise, y compris en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, en Libye, au Mali et au Sahel. En ce qui concerne la situation en République centrafricaine, ils se sont félicités des progrès réalisés dans le processus de paix et ont souligné la nécessité de le renforcer dans le cadre de l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation.

S'agissant de la République démocratique du Congo, ils ont pris note des progrès réalisés par le gouvernement dans la préparation des élections présidentielles et législatives du 23 décembre 2018.  Compte tenu cependant de l’importance de la stabilité de la RDC pour l’ensemble de la région, les deux Organisations ont réaffirmé leur engagement de soutien aux efforts menant à des élections transparentes, inclusives, pacifiques et crédibles          pour la fin 2018.

Sur la Libye, les hauts responsables ont discuté de la situation préoccupante qui prévaut actuellement sur le terrain. Ils sont convenus de travailler en étroite coopération avec les acteurs libyens sur le principe de l’organisation d’une conférence sur la paix et la  réconciliation, en prélude à la tenue d’élections législatives et présidentielles transparentes et pacifiques.

En ce qui concerne le Mali et le Sahel, ils ont discuté de l’insécurité croissante dans la région et ont convenu de la nécessité d’assurer la complémentarité des efforts des deux organisations. Ils se sont félicités des efforts déployés par le système des Nations unies pour mieux prendre en compte le lien entre les questions de développement, aspects humanitaires et paix par le biais du réaménagement de la stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, du cadre international qui guide la réponse internationale ainsi que le Plan d’appui des Nations unies. Ceci afin de renforcer la mise oeuvre des différents activités et favoriser par la même occasion un plus grand impact. Ils ont encouragé la poursuite de la coopération entre les deux organisations dans ce domaine et de l’alignement des stratégies de l'UA et de l'ONU pour le Sahel.

Les deux dirigeants ont mis en exergue l’importance de la mise en œuvre des deux accords intergouvernementaux essentiels, l’Agenda 2030 pour le développement durable et l’Agenda 2063: L’Afrique que nous voulons. Dans ce contexte, ils ont souligné l’importance d’autonomiser les femmes et les jeunes en tant qu’agents de changement et gardiens de la paix en Afrique, et ont encouragé des approches plus intégrées englobant la sécurité, l’aide humanitaire, l’action pour le climat, les droits de l’homme et le développement durable en vue de traiter les causes profondes des conflits. Ils ont noté que la visite conjointe UA-ONU au Tchad, au Niger et au Soudan du Sud avait permis de faire avancer le programme relatif aux Femmes, paix et sécurité. Ils ont également échangé sur les préparatifs du Sommet sur le climat qui se tiendra à New York en 2019.

Bookmark the Spokesperson’s website:http://www.un.org/sg/en/spokesperson